Réseaux sociaux : je ne me préoccupe plus des algorithmes

Réseaux sociaux : je ne me préoccupe plus des algorithmes

Si vous avez lu mes autres articles, vous l’avez sûrement remarqué. Je vous partage mon expertise, mon savoir-faire, des témoignages d’autres entrepreneurs… Mais rarement mon expérience et mon avis personnel. Alors aujourd’hui, j’ai eu envie de vous parler de mon rapport avec les réseaux sociaux et ce que j’en retire. Vous l’aurez donc compris, cet article sera totalement subjectif, c’est même avec plaisir que je partagerai sur cette thématique avec vous.

Je m’en suis posé des questions sur les réseaux sociaux… Dois-je vraiment me plier aux diktats des algorithmes ? Est-ce à un robot de me dire quand et comment partager un peu de moi, de ma vie, de mon expertise ? Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour développer mon entreprise ? Y a-t-il vraiment encore des humains derrière tous ces chiffres, ces likes et commentaires ? Bref, difficile pour moi de trouver un rapport apaisé et équilibré avec ces plateformes.

– Au début, j’ai testé et cherché à me faire ma place

Après avoir étudié la question, j’ai trouvé pertinent d’être présente sur 3 plateformes principales : Facebook, Instagram et Linkedin. Chacune a sa cible, son ton et son intention. Alors, il n’est pas évident de se sentir à l’aise partout.

Facebook, à la base, était pour moi le réseau familial et amical. Je n’y voyais aucun intérêt professionnel. Puis, j’ai découvert les pages et surtout les groupes. Alors, en septembre 2019, j’ai lancé mon groupe “à votre marque” pour constituer une communauté qui aurait les mêmes valeurs que moi et l’ambition de développer son entreprise. Grâce à elle, on pourrait dialoguer sur nos expertises, problématiques, mais aussi expériences. Une belle façon de s’enrichir de nouvelles personnes et d’avancer ensemble dans l’aventure de l’entreprenariat.

Instagram, c’est clairement la plateforme de l’image et du paraître. On montre le positif, le beau, souvent au détriment du négatif et des échecs qui nous nourrissent. Bonne perfectionniste que je suis, j’ai refait mon feed au moins 3 fois. J’ai cherché comment écrire, quels posts publier, en stories, quels hashtags utiliser… Oulala quel travail pour devenir “parfaite“ ! J’ai quand même atteint les 600 followers sur mon compte @giustina.branding et commencé à parler de plus en plus avec les personnes qui me suivaient. Je pensais que j’étais en bonne voie.

Linkedin, je l’ai délaissé. Certes, j’y ai créé mon compte qui est à peu près à jour. Mais je ne m’y sens pas du tout à l’aise et n’ai quasi jamais rien publié ni même partagé. Le ton est pour moi trop formel et institutionnel. Je trouve ce réseau beaucoup moins humain et davantage basé sur la performance. Pas besoin d’insister, j’ai clairement vite fait une croix dessus, même si j’ai voulu me forcer de multiples de fois à y faire ma place. “Parce qu’il le faut quand on a une entreprise”. Bah oui, c’est un peu le roi du B to B.

– J’ai voulu faire plaisir aux algorithmes jusqu’à atteindre la rupture

Ah les algorithmes… Ne me dites pas que vous n’en avez jamais entendu parlé ?! Si c’est le cas, vous êtes de sacrés chanceux ! Parce que oui, faire plaisir à l’algorithme, c’est faire plaisir à un robot qui a des règles très très strictes. Il n’a pas l’imperfection d’un humain et ne pardonne pas les erreurs. Et vous l’aurez surement compris à force de me lire, les robots et moi, on n’est pas trop amis. Je préfère  mille fois le vrai contact humain et toutes les zones de surprise qu’il peut offrir.

“Il faut créer des rendez-vous avec ta communauté pour la faire vivre !”
“Il faut publier régulièrement !”
“Fais des stories tous les jours pour parler à tes followers !”

Ce sont des phrases que j’ai tellement entendu. Falloir, falloir, falloir… C’est un peu tout ce que je retiens aujourd’hui. J’ai vite compris que faire plaisir à ces diablotins de robots, c’était un métier à part entière qui pouvait vite nous faire perdre de l’authenticité et de la spontanéité. Car oui, avec toutes ces obligations, même si j’ai tenté de rester moi-même, j’ai eu l’impression de me perdre. Je me forçais à écrire, je me mettais des réveils pour poster à heure fixe même s’ils tombaient en plein milieu d’un moment de détente, je passais ma vie sur les réseaux à essayer de commenter ou liker, je regardais tous les soirs mes statistiques.

Tout ça, je ne l’ai pas fait parce que j’en avais envie, mais parce que je m’y sentais obligée. Seule, je me suis emprisonnée dans les réseaux sociaux au point qu’ils me dégoûtent et ne plus pouvoir les voir en peinture. Alors, pendant 2 mois, je me suis complètement éloignée de tout ça. Plus de posts, plus de stories et au début, même plus un regard sur les posts ou stories des gens que je suivais. Une sorte d’indigestion des réseaux sociaux.

– Au final, je reviens en respectant mes envies et mon rythme

Cette pause que j’ai faite durant 2 mois m’a permis de prendre du temps pour moi et remettre les choses à plat. Est-ce que je dois vraiment retourner sur les réseaux sociaux ? Est-ce que c’est fait pour moi ? Comment puis-je y être présente en étant moi-même et sans me sentir dans l’obligation ? Comment m’approprier ces outils qui, au final, peuvent être très humains et m’ouvrir de nouvelles portes ?

Bon déjà vous l’aurez constaté, je me pose énormément de questions. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de m’écouter. Alors oui, je vais sûrement de nouveau poster, redevenir active. Mais je ne le ferai plus parce qu’il faut le faire. Je partagerai sur les réseaux parce que je le désire et que j’ai réellement quelque chose à dire. J’ai envie de découvrir de nouvelles personnes, de m’enrichir de tout ce qu’elles ont à dire, à partager, à échanger. Donc oui, les réseaux sociaux sont des outils formidables. Mais je ne veux plus agir en fonction des exigences d’un robot. Juste envie de faire les choses paisiblement, à mon rythme et surtout avec plus d’humain. Alors F*** les algorithmes !

J’imagine que cet article ne parlera pas à tout le monde car nous n’avons pas tous ce rapport de force avec les réseaux sociaux. Mais c’est en voyant le nombre d’entrepreneurs, et même d’influenceurs, qui se battent avec eux, et surtout avec les algorithmes, que j’ai eu envie de partager mon expérience. Ce sont mes choix, mes envies et je respecte très fortement les gens qui parviennent à respecter les algorithmes sans pour autant se sentir mal et en restant eux-mêmes. L’important est de rester fidèle à ses valeurs et ne pas se perdre, où et quand que ce soit. Et désolée pour tous ceux qui m’ont réclamé que je montre plus ma vie et l’envers du décor mais, je ne me sens toujours pas à ma place en tant que “Martine” (Martine à la plage, Martine a un nouveau client, Martine mange des sushis…). Un jour peut-être ? Qui sait ? 🙂

Crédit photo Gilles Lambert sur Unsplash


Si tu veux voir mon évolution sur les réseaux ou bien même échanger avec moi…

Mon Instagram : https://www.instagram.com/giustina.branding/
Mon groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/a.votre.marque/


Articles récents

giustina branding marque créateur graphiste

– Hello !

Moi c’est Giustina, Justine pour les intimes. J’aide les entreprises qui ont un projet qui les anime au bon développement de leur communication. Mes expertises ? La stratégie de communication et la conception d’identité visuelle évidement !

Vous êtes prêt à avoir une communication professionnelle et qui vous ressemble ?

– Rubriques du blog

– Portfolio