MES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

VENDRE SES CRÉATIONS EN CONCEPT-STORE ? PARTIE 2

vendre ses créations en concept-store

Comme nous l’avons vu dans la première partie, le concept-store dispose d’atouts incontestables pour faire rayonner vos créations. Mais le rôle du créateur reste crucial dans le succès de ce partenariat. Point sur les informations indispensables et les bonnes pratiques.

Première étape, évidente, mais pas si facile que ça à réaliser : présenter sa marque au concept-store. On peut le faire de façon physique ou via Internet. Si on opte pour la visite « dans la vraie vie », on choisit un créneau où la boutique est ouverte, on évite le samedi et on prévoit une large disponibilité. « J’apprécie de rencontrer des créateurs, c’est important, mais il faut qu’ils viennent au bon moment. Le client passe avant tout ! », souligne Florent Bérenger (Heureux comme un prince). L’avantage indéniable de cette rencontre, c’est que le gérant du concept-store voie directement vos produits et crée plus facilement une relation avec vous, si le feeling est au rendez-vous. L’inconvénient, c’est de ne pas être forcément reçu ou de paraître intrusif.

Si on décide de se présenter par mail ou les réseaux sociaux (Instagram est un outil qui peut s’avérer très utile), on prend le risque d’être noyé dans la masse. Les concept-stores reçoivent en effet de nombreuses sollicitations. Il s’agit alors d’afficher un contenu hautement qualitatif, pour assurer sa différenciation. Cette dernière passe par l’univers qui est décrit, l’identité mise en avant, mais aussi, l’attractivité des visuels. « Des photos non-professionnelles sont moins susceptibles de rendre justice aux créations et faire qu’on ne les choisit pas », détaille Anne-Gabrielle Amalric (Maison Mathûvû).

MAISON MATHÛVÛ
« Des photos non-professionnelles sont moins susceptibles de rendre justice aux créations et faire qu’on ne les choisit pas.  »
___

Anne-Gabrielle Almaric

– Ça matche ?

Une fois le contact noué, reste à savoir si une relation peut débuter… Si l’on part du principe que vous avez démarché CE concept-store parce que vous pensiez qu’il vous plairait, il faut tout de même le vérifier. En effet, l’idée n’est pas de multiplier la présence de votre marque dans les concept-stores, car l’exclusivité est une constituante principale de leur promesse commerciale. Essayez d’imaginer si vos créations seront à leur place ici (ambiance, valeurs mises en avant, nature des autres objets. « Il faut que tout le monde s’y retrouve, et ce n’est pas simple, complète Emilie Chevalier-Cumet (créatrice So & LiPrune). C’est une vraie relation de confiance d’humain à humain. »

De son côté, le concept-store évalue s’il a un coup de cœur pour vos objets mais aussi s’ils correspondent à sa clientèle. L’histoire que vous racontez peut avoir une influence considérable sur son choix, car ce sera à lui de la retransmettre ensuite. Si elle le touche, s’il a envie de la répéter, la partie est à moitié gagnée !

concept-store Lyon créateur créatrice Émilie Chevallier Cumet So&li Prune

SO ET LI / PRUNE
« Il faut que tout le monde s’y retrouve, et ce n’est pas simple. C’est une vraie relation de confiance d’humain à humain. »
___

Émilie Chevalier-Cumet

– Un business avant tout

Bien que singulièrement différents des boutiques classiques, les concept-stores n’en restent pas moins des entreprises qui doivent tourner. Payer les employés, les charges, les taxes, le loyer, les packagings, les terminaux de payement fait partie de la réalité du quotidien. La rentabilité est donc recherchée et le principe de réalité bien présent. Un concept-store peut avoir adoré votre création mais objectivement estimer qu’elle n’a pas sa place dans ses rayons ou, plus simplement, ne sera pas assez lucrative.

Deux fonctionnements principaux existent aujourd’hui : le dépôt-vente et l’achat-vente. Dans le premier cas, vous laissez vos créations dans le concept-store qui prendra une commission sur chaque vente accomplie. Outre la gestion des stocks qui peut devenir compliquée si créateur et vendeur se trouvent dans des zones géographiques éloignées, cette méthode implique impérativement d’avoir un concept-store très motivé pour vendre vos objets. Car une non-vente est quasiment indolore pour lui. « Je n’accepte que très peu de dépôt-vente. C’est souvent une solution utilisée sur le court terme, afin de tester un produit », confie Eugénie Lekoute du concept-store Chic Mercredi. Cette dernière est en effet plus adepte de la seconde méthode : l’achat-vente, où le concept-store achète directement vos créations et les intègre dans son propre stock.

CHIC MERCREDI
« Je n’accepte que très peu de dépôt-vente. C’est souvent une solution utilisée sur le court terme, afin de tester un produit . »
___

Eugénie Lekoute

– Fixer le juste prix

Le concept-store sait comment être rentable, vous devez l’être aussi. Lorsque vous démarchez, le but de la manœuvre est de démontrer que vous connaissez vos produits mais également le marché, en proposant un prix réaliste qui assure aux deux parties une rémunération. Pour vendre en concept-store et donc que tout le monde y trouve son compte, la vente de l’objet doit générer une forte marge (au minimum un tiers du prix). « Avant, j’imprimais mes créations en sérigraphie artisanale, ma marge était minimum. Très vite, j’ai réalisé que si je comptais vendre en boutique, j’allais devoir reproduire mes illustrations sur des supports moins chers à la fabrication », raconte Émilie Ettori, illustratrice.

concept-store Lyon créateur créatrice Émilie Ettori

EMILIE ETTORI
« Avant, j’imprimais mes créations en sérigraphie artisanale, ma marge était minimum. Très vite, j’ai réalisé que si je comptais vendre en boutique, j’allais devoir reproduire mes illustrations sur des supports moins chers à la fabrication . »
___

Attention, n’oubliez pas de vous mettre à la place de vos clients. Accepteriez-vous de payer le même produit bien plus cher en concept-store que sur internet ? Il est indispensable de veiller à l’équité des prix pratiqués entre votre e-boutique et le concept-store. Ce dernier peut éventuellement ajouter à son prix de vente l’équivalent des frais de port qui auraient été payés si la commande s’était effectuée en ligne, mais une plus grande différence pourrait produire une réaction négative chez vos clients et l’impression de s’être « fait avoir ».

Présentation professionnelle et séduisante, génération de confiance mutuelle, compatibilité des valeurs et des univers, choix d’un fonctionnement selon vos objectifs et élaboration de prix qui garantissent votre pérennité, vous avez dorénavant toutes les cartes en main pour réussir votre entrée en concept-store !

– Petite sélection de quelques concept-store lyonnais…

Hyppairs
3 place Sathonay 69001 Lyon l https://www.hyppairs.com/
« Destination store » inspiré du voyage, Hyppairs est un réel lieu de vie de la place Sathonay. Venez y découvrir des créateurs et marques dépaysantes, y prendre un café pour vous relaxer ou même travailler au calme.

Pause création
16 rue de Sully 69006 Lyon l https://www.pausecreation.fr/
« Maison de la créativité » ouverte à tous, Pause création s’est aujourd’hui dédié aux ateliers et formations tout en proposant un corner boutique accès DIY. Vos créations peuvent y être vendues pendant les fêtes.

Maison Mathûvû
43 rue de la Charité 69002 Lyon l https://maisonmathuvu.fr/
Maison Mathûvû est une « boutique de l’art de vivre au féminin ». Papèterie, céramique, décoration, bijoux, mode… Un studio-boutique où trouver les créations signées Maison Mathûvû ou de créateurs qui les touchent.

Heureux comme un prince
41 rue de la Charité 69002 Lyon l https://heureuxcommeunprince.fr/
Heureux comme un Prince, c’est le 1e concept store masculin à Lyon qui offre la solution à tous ceux et celles désirant offrir un cadeau à leur prince / homme / mari / frère / cousin / copain… Marques créateurs et plus grande marques se rencontrent pour exister ensemble.

Chic mercredi
34 rue Lieutenant Colonel Prévost 69006 Lyon l https://chicmercredi.fr/
Concept-store pour enfants, Chic mercredi est un réel dénicheur de créations et mignonneries. Pas seulement de jolies choses mais des créations éthiques favorisant les matières naturelles, le coton, le bio… Des merveilles pour les enfants de 0 à 10 ans.

Crédits photo : couverture : Christiann Koepke sur Unsplash l Maison Mathûvû l So et Li / Prune l Émilie Ettori: Leofotka
Un grand merci à tous les interviewés et à Marine Dubois pour la rédaction de cet article.


Vous aimeriez rencontrer d’autres créateurs pour avoir leurs avis ?
Venez faire parti d’un groupe d’entraide dédié aux entrepreneurs passionnés !


Articles récents

giustina branding marque créateur graphiste

– Hello !

Moi c’est Giustina, Justine pour les intimes, révélatrice de marques créateur. J’ai à cœur d’accompagner les entrepreneurs créatifs dans la création et le développement de leur marque par la stratégie, le design et la diffusion.

Vous êtes prêt pour l’épanouissement de votre marque ?

– Rubriques du blog

– Portfolio